Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 09:21

Le parcours de l’homme nouveau !

« Nous sommes tous reliés », nous enseigne le chamanisme Lakota. L’ensemble des traditions spirituelles nous le rappellent. La physique quantique le redécouvre. Les perturbations climatiques en font un exemple parfois dramatique car nous ne pouvons séparer un élément de son environnement : les interactions permanentes nous font sentir la responsabilité individuelle et la prégnance du collectif – culture, civilisation, famille, pays… Nous serons ce que nous voulons être, devenir ! Que nous soyons homme ou femme !

L’individu de type masculin, l’homme existe ! Il n’est pas forcément l’un de ceux qui se posent en modèles issus des grandes écoles, ceux qui dirigent trop souvent l’économie, la politique, un plexus solaire en béton armé, en armé béton. Au point que certaines femmes (politiques, chefs d’entreprise) se calquent sur leur caricature. Caricature que les éducations, publicités et invitations aux consommations érigent en exemple absolu, ses éphémères traits coulent et craquent dès que le modèle de vie explose : divorce, dépression, mal être, échec professionnel, maladie…

Extrait de monologue érotique : « Et le futur homme adulte ? Avec quoi voulez-vous qu’il se construise ? En l’occurrence, moi, dans ma culture, dans cette civilisation, osons l’appeler comme cela. C’est son nom mais je ne cautionne pas que c’en soit une. Je dirais plutôt une non-civilisation, une absence de civilisation, un conglomérat aléatoire d’intérêts égoïstes frisant massivement l’autodestruction… Canicules, chutes de neiges, incendies, tornades, inondations ! C’est Nintendo et la pub qui éduquent tant d’enfants, d’ados… »

L’homme social, selon ce modèle, se doit être fort, il doit briller par sa réussite professionnelle. L’uniforme costume cravate se mue en adaptation post-cool, le polo de marque est de rigueur pour être « in ». Au Japon, vous devez offrir un cadeau en laissant le prix dessus pour indiquer à la personne combien vous l’estimez. Cette réussite est une fuite en avant jusqu’aux trébuchements que la vie nous propose dans sa créativité infinie.

L’homme sexué conquiert (des femmes, des marchés) ; il compte ses conquêtes d’un soir, d’une semaine… il se nourrit d’une féminité basée sur des critères extrêmement temporaires dans notre culture de l’apparence. Voyez le chapitre « la danse des papillons » dans « femmes qui courent avec les loups », vous aurez une idée de la magnificence de la déesse.

Le père ne s’intéresse qu’aux enfants en âge de communiquer avec langage partagé logique, celui de la technologie : jamais avant dix ans. Avant, ce n’est pas intéressant… L’homme ne doit pas pleurer, ressentir ses émotions, son corps… Il est coupé de lui-même, d’une part de sa vie, de ses informations essentielles. Autrement, il ne souffrirait pas !

Voilà le déclic… Hélas ou heureusement ! La souffrance.

Je souffre, donc j’existe, je vis, je sens…

Alors l’homme, le mâle, se retrouve dans son processus, thérapeutique, voire d’évolution personnelle… Un semblant de masculinité qui ne se révèle que comme unique modèle de consommation, d’une grimace trahissant ses blessures : il se cherche ! Quel homme jouit avec un visage détendu et rayonnant, en riant ?  Les films et pornographies débilitantes ne nous transmettent que des cris de douleurs déguisés en gémissements de plaisir… Bref, le mâle en crise cherche son âme, son anima, son féminin à lui, son féminin réel, dans son cœur, dans ses tripes, à fleur de peau… Incapable qu’il est de retrouver la face cachée de lui-même, celle que son éducation lui a recommandé d’ignorer : il a déjà des difficultés à identifier ses sensations… S’il stoppe sa course, ne serait-ce que quelques secondes, il sent que ça va mal, que son équilibre est compromis. Si toutefois il réussit à prendre contact avec son féminin, il ne se dirige vers toutes ses sensibilités que progressivement. Des repères s’effondrent, des pans de ses croyances et de ses valeurs se désagrègent comme des images numériques sous la pression de l’incarnation !

Extrait de monologue érotique : « Un homme ose sentir ses sensations, ses émotions, il les utilise pour se construire et pour vivre. Respirations amples de l’acteur. Autrement, il est coupé de lui-même, de ses ressources, de ses forces, de ses vrais motivations, de son âme. Il est encore plus homme si il traverse ses blessures, s’il les guérit, s’il les transmute, s’il en assimile les leçons, les forces… »

Nous le voyons, ami lecteur, en stage de thérapie-développement personnel, pleurant ses tristesses, criant son désespoir. Enfin sorti transformé du processus –le point de ponctuation précédent peut durer quelques années- il sens, il vibre, il est émotif, créatif, il a parfois changé de vie, de job, de relations (pas encore de pétard ou de Samadhi sur les collines de Lausanne à admirer la beauté de l’immobilité du lac un dimanche d’été).

Il arrive, il est là, sensible et pas encore viril ! Certes l’homme nouveau est beau, fin artiste… N’en faites pas une femme à pénis ! Il doit être Lui !

Nous devons aussi rester, devenir des hommes. Nous ne sommes plus aux âges des cavernes. Je propose aux hommes de redevenir des hommes symboles de protection, de force, de puissances, invitant à la socialisation.

L’homme nouveau sent… l’Autre, sa compagne, ses enfants, ses collègues de travail… Il n’en reste pas moins sur son axe lumineux. Il est érigé (et pas que sexuellement). Les valeurs de l’Homme de Shiva se retrouvent dans sa colonne vertébrale : relation à l’ordre, l’axe de sa vie, sa structure, être sa propre autorité…

Extrait de monologue érotique : « Ressens ce qui se produit en toi, tes sensations, tes émotions, partage-les… et écoute celles de ta partenaire de cœur. Pose une main entre ses seins, puis, avec la lenteur du Bouddha des Extases Eternelles, effleure-les, prends ton temps. Laisse faire l’énergie, la sensualité, et tu sentiras ton pénis vivre sa sensualité, son rythme, et de venir une tige de Jade, magnifique de masculinité. Peut-être vivras-tu des flots…

Apprivoise tes sensations, ton corps, ton sexe. Laisse le vivre, avoir son propre rythme, sa propre sensualité. La fonction secondaire, ce serait de surfer juste avant l’orgasme, juste bouger ce qu’il faut pour que l’extase jubilatoire persiste en un long pétillement qui fasse frissonner tout l’ensemble du bonhomme. »

L’homme, dans l’acte, doit pouvoir non seulement célébrer la déesse, mais aussi sa masculinité personnelle ! Les deux s’unissent dans une extase tantrique, ils sont deux (eux deux), six (on y ajoute les deux polarités pour chacun d’eux) et multiples dans la non-séparation…  

L’homme se doit de redevenir un homme, en affinité avec son féminin intérieur oui, mais aussi et surtout viril, masculin. Il se trouvera dans sa masculinité lumineuse, joyeuse, assumée, validée, valorisée, reconnue, honorée.

Alors, il peut être, être avec Lui, l’Autre, les autres, ses relations sociales… et aimer, et respecter la vie… et apporter ces éléments aux grands changements qui nous attendent… Redonnons sa place à l’homme ! qu’il retrouve sa puissance, sa force, sa beauté, équilibré par un féminin reconnu.

« Oser être moi, dans le ventre de ma bien-aimée ; honorer l’exquise chaleur secrète de ce ventre avec ma puissante jouissance.

Oser la puissance sans la violence mais tout en finesse. Avec un saupoudrage de vulnérabilité, oser sa sensibilité sans devenir fragile.

Oser sa puissance… » .

Les citations sont extraites de « Monologue Erotique » paru en 2006 aux éditions Lanore. C’est une pièce de théâtre un homme seul en scène. Une vision et une exploration de la masculinité joyeuse, parfois profonde et souvent amusante.

Disponible chez l’auteur et en librairie.

Christophe Dacier anime aussi des stages de tantra, en Suisse et en France.

http://tantraducoeur.free.fr  cdacier@free.fr

 

Cet article est paru dans la revue Recto verseau

Partager cet article

Repost 0
Christophe Dacier - dans tantra
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christophe Dacier
  • : le tantra, sensualité, méditation, sexualité sacrée, massage tantrique cachemiry, écologie de vie, évolution.
  • Contact

Profil

  • Christophe Dacier
  • Passionné de massage, de spiritualité, j'exerce depuis 1984. Auteur de 14 livres, de DVD de massage tantrique cachemiry cachemirien, j'invite chacun, chacune a développer bonheur et joie de vivre au travers des massages, et
  • Passionné de massage, de spiritualité, j'exerce depuis 1984. Auteur de 14 livres, de DVD de massage tantrique cachemiry cachemirien, j'invite chacun, chacune a développer bonheur et joie de vivre au travers des massages, et

Recherche

Liens